A(do)nimal

Photographic acquisition for a 1 pourcent project, Louis Pasteur Middle school, Saint Mars la Jaille (FR), 2012.
Photographies printed on porcelain stoneware tiles, low wall of 1 x 1 m (x2) / 2 x 1 m.



A(do)nimal
est un ensemble de trois photographies qui tire son nom du latin adeo (aller vers quelqu’un) et animalis (ce qui est animé), il propose de s’attarder sur la question du vivant, qu’il soit humain ou non-humain, tout en s’adressant à l’adolescent, principal regardeur du collège. L’œuvre s’offre telle une médiation sur la pensée des philosophes G. Deleuze et F. Guattari pour qui « devenir-animal, ce n’est pas imiter l’animal, il ne s’agit pas de faire l’animal. Devenir animal, c’est partir loin hors de soi, sortir de chez soi, se ‘ déterritorialiser ’, aller vers de nouvelles limites, limites inhumaines, et inventer des nouveaux mondes de pensée. »

Composée de deux panoramiques, les paysages sont dotés d’une force harmonieuse et d’une beauté fragile. À y regarder de plus près, ils sont factices. Intégralement créés par l’homme, ce sont ceux du parc zoologique (NY, USA) qui a recrée la plus grande forêt tropicale artificielle au monde. Plutôt que d’installer des cages, cette fondation a préféré placer les animaux dans un environnement si proche de leur milieu naturel que les rôles s’inversent presque. En contrepoint, une masse poilue, un dos légèrement penché, celui d’un gorille dont l’épaisse fourrure dessine les reliefs d’un corps dont on ressent tout le poids et la densité. Portrait de dos, figure du romantisme, il pose la question du sauvage et de sa représentation, de son cadre et de ses limites tout en laissant une part grande à l’imaginaire, et pourquoi pas retrouver la face.