Solid object Paintings

Une série de 3 paysages composés de 6 peintures avec Palmier, 59,1 x 70cm ; Cascade, 53 x 65 cm ; Sous-bois, 56 x 59 cm. 
Encre du japon sur papier contrecollé sur Dibond, posées sur des tablettes en chêne massif, 2017.

 

Notre vision du relief est due à une interprétation au niveau des cortex cérébraux : ce qui est dans notre champ binoculaire est perçu selon deux points de vue différents (oeil droit et gauche). C’est donc en créant deux images décalées et convergentes d’une même scène que l’on peut donner un effet de relief. Inventée peu avant la photographique, la technique stéréoscopique reproduit une perception du relief à partir de deux images planes. Solid object Paintings est une série de trois « peintures stéréoscopiques » qui s’attachent au sujet du paysage. Tel un exercice de méditation tibétaine, le regardeur exerce son regard au-delà de la peinture « au loin » ; grâce à ses yeux convergents, elle lui apparaît en volume. C’est une image fantomatique qui va rester gravée dans sa mémoire rétinienne. L’ambiguïté est à son comble: la peinture est autant sculpture, que processus photographique.