LE PROJET DU LONG MAINTENANT

série de 12 photographies sur Plexiglass, double impression UV, (50cm ø x 1cm), 2015.

 


vue de Parade Bilatérale, exposition personnelle, Galerie White Project, Paris, 2015.

 

 


Mes préoccupations s’organisent autour de la déconstruction d’un système établit sur la peur. À l’aire de l’Anthropocène, la fin de la vie (humaine et non-humaine) devient une menace réelle. L’invention de la bombe atomique marque à jamais notre histoire et ancre nos actions humaines dans le chaos, tel un moment ultime de destruction et d’anéantissement. Je choisis de sélectionner douze photographies d’essais nucléaires réalisés entre 1945 et 1962 aux États-Unis et je les dispose en m’inspirant de la forme symbolique d’un mandala: celui supposé  “guérir un mal”. Douze images -qui telle une horloge étalée- tentent de jeter un sort pour penser le temps et pour nous inviter à re-penser la vitesse du monde. La couleur incandescente des images se projette sur le mur comme un éclat et reflètent une terrible beauté. Le titre de la série Projet du long maintenant s’inspire des recherches de Stewart Brand -écrivain et activiste américain- particulièrement pour l’invention d’une horloge dont l’autonomie, la résistance et la précision lui permettrait de fonctionner pour les dix mille ans à venir. Accompagné de Brian Eno, de scientifiques et de financeurs, Brand espère fournir un contrepoint à la culture accélérée d’aujourd’hui et ainsi contribuer à une réflexion sur le long terme autour du commun. C.L.


vue de MAKE IT LAST FOREVER, exposition collective, Galerie Millefeuille, Nantes, 2017.

Laquet s’est inspirée d’un autre mandala (sensé “guérir un mal”) pour donner forme à cette composition.

 

Lien vers l’exposition Parade Bilatérale