VICTORY OBSESSED

exposition collective, ZAMEK Culture Centre, Poznan (PL), 2013. Curatrice: Agata Rogoś.

 


                VictoryObsessed4
                A Brief History of Everything
                2 portails en fer à béton et fer plat, 104 x 180 cm (x2), 2012.

 

L’exposition s’attache à l’obsession de la victoire et du succès. Dans l’espace publique, la production de bonheur et de joie sont souvent visibles dans les rituels, les spectacles ou le sport. Le projet va se concentrer sur la question du sport et de sa façon d’exprimer une idéologie, des luttes et des rivalités, mais également l’échec. En lame de fond, il y a l’effort qui mène au pouvoir et à la victoire tel un rêve d’excellence, alors que l’expérience de l’exultation de celle-ci ne dure qu’un clin d’œil. Le but de cette exposition est d’analyser ce moment spécifique et de rendre compte de cet impossible et impondérable instant“. Agata Rogoś.

 

VictoryObsessed5 VictoryObsessed3

 

 

Knife, Poznan
Techniques mixtes -dague de chasse, verre soufflé, perles de cristal (d’un chandelier portugais début XXème)-, 60 x 20 cm, 2013.

Knife.Poznan.1 Knife.Poznan.2

      

C’est invitée par la curatrice Agata Rogoś à exposer au Zamek Culture Center, que je me retrouvais en train de visiter cet imposant bâtiment qui venait d’être rénové : un lieu magnifique, qui pour autant me fis froid dans le dos lorsque j’y découvrais -rénové à l’identique- le bureau qu’Hitler avait utilisé. Je fus interpellée par le design du 3ème Reich, particulièrement par les appliques lumineuses constituées de cristal, faisant scintiller les longs couloirs. J’entrepris de créer un nouveau couteau (voir mes Knife, …) pour venir percer le mur, comme pour crever un abcès. Il me vint une image forte dont je m’inspirais: celle des poissons Diodon qui, lorsqu’ils ont peur ont la particularité de gonfler leur corps parsemé d’épines pour se protéger. Puis en référence aux stigmates de l’histoire et du lieu, je décidais de détourner une dague de chasse (qui étaient portées par les SS) et d’en agrémenter le manche d’un verre soufflé, sur lequel je venais coller des perles de cristal en provenance d’un chandelier portugais début XXème. Ceci pour rappeler que Salazar était l’unique dictateur en place en Europe à ce moment-là, où Hitler mettait tout en œuvre pour le devenir. Subtiles pouvoirs du cristal. L’acte de venir perforer ce mur agissait comme pour détruire ces doctrines fascistes, et comme pour en guérir laisser les scintillements du cristal se répondre et se répandre. C.L.

 

 


Depuis 2013, j’ai entamé une série au long cours appelée Knife, … puis j’ajoute le nom de la ville pour laquelle je l’ai crée comme pour marquer un lieu, une appartenance. Tel un objet de rituel, chaque couteau se définit par sa capacité à ouvrir, percer, couper, poignarder… un mur. Scrupuleusement choisis, les matériaux évoquent l’histoire d’un lieu, ou se rapportent à certaines émotions qu’il peut induire. Les Knife, … incarnent un geste qui tente de percer une infection ou d’ouvrir d’autres horizons. C.L.