Exposition personnelle, Site Saint-Sauveur, La Rocheservière, 2017.

La chute de la Météorite de Rocheservière (ou Saint Christophe la Chartreuse) en 1841 est le déclencheur de la recherche et du processus de travail de Christine Laquet, qui en l’empruntant au Musée d’Histoire Naturelle, la ramène sur son lieu de chute. Objet d’étude, la pierre extra-terrestre provoque autant la rêverie qu’elle invoque la prise en considération d’autres échelles : elle développe une conscience aiguë de la dimension spatio-temporelle. Tout en nous révélant des informations sur nous-même, les météorites nous fascinent et nous inquiètent, car ces objets célestes, sur lesquels l’Homme n’a aucun contrôle, possèdent un pouvoir intrinsèque de destruction. Maitriser la peur latente, être en contact privilégié avec la Météorite de Rocheservière, c’est tenter d’en saisir l’impact encore persistant. Chercher à traverser l’histoire, la science et les arts pour générer de nouveaux axiomes, et pourquoi pas pour figurer un changement dans nos perceptions et nos relations avec le monde minéral et le cosmos.

(Cette recherche en lien avec les météorites continue avec l’exposition 2019, OK à Spanien19C, Aahrus (DK), 2019.)

Je météorite #1
Photographie, impression sur bâche perforée, 244 x 220 cm, 2017.

previous arrow
next arrow
Slider


Météoriser
en grec ancien, c’est se hisser à une certaine hauteur, se changer en vapeur ou prendre la forme d’un météore. Tel un double portrait, l’artiste place la pierre extra-terrestre devant son visage et disparaît en partie pour laisser place à la météorite, dont la forme rappelle ici une statuaire africaine. Le nom météorite est non seulement permuté en verbe, mais il se conjugue aussi à la première personne : Je météorite #1 et #2 appellent à une certaine transfiguration, comme l’éventuelle créolisation entre l’humain et du non-humain. En se déployant dans l’espace d’exposition, les deux grands tirages photographiques nous incitent certainement à avoir une perception plus sensorielle : qui pourrait incarner et transmettre un changement dans notre relation avec le monde minéral et le cosmos.

 

Corps parents
Météorite de Saint Christophe la Chartreuse (Coll. Muséum d’Histoire Naturelle, Nantes), chaines et barres en métal, 47 perles de cristal, plantes synthétiques, 2017.

      

«À la façon d’une balance romaine, un plateau de la balance reçoit la météorite, tandis que l’autre est constitué d’un chapelet de 47 boules de cristal facettées, d’un poids total équivalent à celui de la météorite : 4,7 kg. Ce chapelet descend au sol comme une traine de comète, dont l’extrémité est habitée par des plantes autotrophes, qui poussent sans substrat en synthétisant la lumière, l’air et l’humidité ambiante. Ce dispositif qui remet la météorite en lévitation dans les airs de Rocheservière, repose sur un équilibre délicat et subtil entre la masse de fer et de nickel cosmique et celle du cristal associé aux plantes. L’œuvre est d‘autant plus légère et évanescente qu’elle baigne dans une sorte de halo scintillant produit par la diffraction de la lumière dans le cristal. Comme si l’artiste avait voulu capter les feux crépitants du météore pour éclairer son projet et réenchanter le monde terrestre de l’exposition.» Pascal Pique, dans L’artiste comme météorite. Catalogue: Apparition disparaissante. 2018.

 

Anniversaire-météorite, marche-performance, Rocheservière (FR)
Performance participative, le 5 nov. 2017 – 176 ans de la météorite sur Terre.

En 2017, j’ai engagé une recherche autour d’un objet extra-terrestre: les météorites. J’ai pu emprunter (Musée d’Histoire Naturelle) la météorite tombée à proximité de mon lieu d’exposition et célébrer l’anniversaire de sa chute, peu avant l’ouverture de mon exposition. Provenant de la ceinture d’astéroïdes (entre Mars et Jupiter), sa datation m’a permis d’organiser une Performance marche-anniversaire participative. J’ai ainsi conçu un circuit dans la zone elliptique de l’impact de la météorite, où 1 pas représente 100 000 ans. Selon mes calculs, un groupe composé de 6 personnes minimum doit marcher une heure pour atteindre l’âge de la météorite (~4.56 milliards d’années). Tel un rituel, 65 personnes se sont météorisés.

 

Brioche-météorite

Après la Performance marche-anniversaire-météorite de Rocheservière, les 65 participants ont été conviés à déguster une Brioche-météorite. Conçue par un artisan boulanger, son poids est identique à celui de la météorite lors de son arrivée sur terre, soit 5,396kg. Pour fabriquer le moule de la brioche, Christine Laquet a crée un polyèdre au même nombre de faces que la Météorite de Rocheswervière et que celui présent dans la gravure Melencolia d’Albrecht Dürer qui 1494 fut témoin d’une chute céleste.

 

 

 

previous arrow
next arrow
Slider

Étude de la chute, Tourbillons de Descartes et Dissection de la chute sont des séries qui combinent des observations astrophysiques de siècles antérieurs: du mouvement des planètes (les Tourbillons de Descartes), à la trajectoire des Perséïdes ou des chutes de météores… Parmi ces études, il y a la présence de la Météorite Ahnighito : la plus imposante actuellement présente dans un Muséum d’Histoire Naturelle. C’est l’explorateur américain R. Peary qui l’a acquise en 1894, lors d’un échange avec les Inuits contre… une arme à feu. Tandis que Étude de la chute désigne une certaine implication entre sciences et colonisations passées, les autres sont plus à liées aux recherches et aux connexions avec l’espace extra-atmosphérique. Dissection de la chute a été réalisé suite à des séances de contact direct avec la Météorite de Rocheservière.

previous arrow
next arrow
Slider

 


Le patron de la matrone
Impression numérique contrecollée sur le mur, 245 x 197 cm, 2017.


     Meteorite cartels
Partition textuelle: Florence Jou. Reproduction iconographique: Melancholia d’Albrecht Dürer. Dessin du polyèdre utilisé pour la réalisation du moule de la Brioche-Météorite.

 

 

Le grand dedans
Vidéo HD avec son, 4min10, 2017.
Images: Survol de l’Astéroïde Vesta en 3D (Nasa Jet Propulsion Laboratory) /
Météorite Ahnighito, 
Muséum d’Histoire Naturelle, NYC / Musée des Sciences, NYC / Éruption volcanique, Mauna Loa, Hawaï.

La projection du film imprime ses flux et ses couleurs chaudes dans l’espace d’exposition et nous invite dans « l’antre » de Gaïa ou du cosmos. Voir le film ici.

 

 

   
Knife, Rocheservière
Co-réalisation avec Adrian Owen. Manche: bois de vigne prélevé sur le lieu de chute de la Météorite de Rocheswervière lors de la performance Anniversaire météorite. Lame: tranche de météorite (Campo del Cielo) avec structures de Widmanstätten. Longueur: 21 cm, épaisseur manche: 3 cm, 2017. 

Clin d’oeil à la dague de Toutankhamon, Knife, Rocheservière laisse percevoir les fonctions rituelles et la part magique accordée à cet objet qui nous parle d’un ailleurs.

 

 

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

 

   

 Catalogue Apparition disparaissante  Textes: Pascal Pique, Philippe Guillet. Ed. Site Saint Sauveur. 2018.

 

 

/ / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / / /

 

Montage de l’exposition et entretien avec Christine Laquet par Film Fabrica